Aborigènes

Les historiens estiment que les premiers Hommes ayant foulé l'actuel continent australien sont arrivés par l'Asie il y a plus de 60 000 ans. Ils se sont déplacés au fil des siècles émaillant toute la surface vivable de centaines de tribus.

Nomades, ils parcouraient de grandes distances, au fil des saisons, afin de subvenir à leurs besoins par le biais de la chasse, la pêche et la cueillette.
Difficile pour nos cerveaux étriqués de concevoir leur art de vivre, tant sur le plan social que spirituel. L'importance des êtres qui les entourent, la faune, la flore, les minéraux mais aussi les humains, nous paraissent désuet à l'heure de la mondialisation. Vivant en harmonie avec leur environnement, ces indigènes savaient observer, écouter et tirer profit de la nature tout en la respectant.

Beaucoup de légendes mystiques colorent le paysage imaginaire du Dreamtime, le récit de la vie transmise aux jeunes par les anciens. En écoutant leurs murmures, on apprend que le monde à été façonné par un serpent géant qui vivrait encore dans les lacs les plus profonds. Lorsque l'on tend d'avantage l'oreille, on comprend que la femme est symbole de fécondité et qu'elle tiens une place aussi importante que l'homme dans les structures sociales. Je vous avais prévenu que c'était inconcevable!


N'ayant besoin de rien de plus que ce que la nature leur offrait, ils n'ont guère évolué, pendant des milliers d'années, se contentant du peu qu'ils avaient pour se nourrir sans chercher à en posséder à outrance.


Ce sont les Aborigènes.

Peintures rupestres, beaucoup d'histoires à méditer.
Peintures rupestres, beaucoup d'histoires à méditer.

Peintures rupestres, beaucoup d'histoires à méditer.

Colonisation
Colonisation

Il y a tout juste 400 ans, l'arrivée des premiers explorateurs Hollandais, Français et Britanniques à bord de leurs immenses vaisseaux provoqua un choc culturel et une certaine incompréhension après 40 000 ans d'une vie simple. Les comptes rendus établis aux différentes couronnes faisaient états de riches régions exotiques habitées par des sauvages.

A cette époque, les monarques européens jouaient des coudes pour savoir qui aurait la plus grande... flotte. Afin d'asseoir sa position, la reine d'Angleterre qui avait déjà une longueur d'avance sur les autres concurrents, envoya le Capitaine Cook effectuer un relevé sérieux des positions disponibles. Lorsqu'il revint en 1770 avec la première carte de l'Australie, The Queen vida les geôles du Royaume Uni afin de déporter les pires coquins sur cet hostile territoire en guise de peine de prison.


Les Aborigènes n'eurent pas vraiment d'autres choix que de coopérer avec l'implantation des premières colonies sur leurs terres. D'un naturel amical ils jouèrent généralement le jeu, apprenant aux blancs comment survivre au milieu des crocodiles et des serpents. Mais les manières de ces rustres (je vous rappelle que c'était en majorité des bagnards) vit naître un début de révolte chez les insulaires. Révolte qui fût vite matée grâce à la loi très simple de "mon fusil contre ton boomerang".


Les colonies prirent rapidement de l'ampleur et décision fût adoptée de régler le problème des métèques insolents. Ainsi les rebelles furent massacrés, les protestataires furent massacrés, les indécis furent massacrés et ceux qui acceptèrent leur sort furent réduit en esclavage. Le plomb et la syphilis mirent tout le monde d'accord, 1-0 pour les visiteurs.

Répartition géographique des différentes tribus

Répartition géographique des différentes tribus

C'est seulement après la Seconde Guerre Mondiale que le gouvernement se décide à considérer la cause des Aborigènes. Ainsi des parcelles de terrain désertiques sont redistribuées gracieusement aux descendants des tribus locales. Parcelles qui ne cessent de s’accroître notamment lors de la naissance des parcs nationaux, co-gérés par les aborigènes, offrant une place aux volontaires à l'insertion.

Une partie de la population retrouve par conséquent son autonomie, surtout dans le nord du pays, en mêlant culture ancestrale et vie moderne. Les plus curieux d'entre nous ont alors la possibilité, sous réserve d'acceptation, de séjourner au sein de communautés vivants dans des villages reculés où les membres partagerons volontiers leur savoir, leur art et certains rituels.

En 2008, le premier Ministre Australien à officiellement fait ses excuses au peuple Aborigène pour les années de sévices endurés. Qui à dit "maigre consolation"?

Le gentil et généreux gouvernement australien offre désormais à chaque famille d'origine aborigène des aides leur permettant d'acquérir un véhicule, un logement et de quoi vivre décemment. Ce geste, bien que partant d'un bon fond, est à l'évidence une bêtise monumentale. Nous, Français, sommes bien placés pour savoir que donner périodiquement de l'argent a des gens qui n'ont rien a faire de leur journées ne va certainement pas les aider à s’insérer dans la société.


Lorsque curieux, nous demandons à nos amis australiens ce qu'ils pensent du peuple Aborigène, certains éludent tandis que d'autres nous mettent en garde contre des individus irresponsables et dangereux. Quelle conclusion tirer de tels propos?

Même parmi les cow-boy il y a des jeunes aborigènes

Même parmi les cow-boy il y a des jeunes aborigènes

Sur les sites sacrés, un effort est fait pour sensibiliser les visiteurs.

Sur les sites sacrés, un effort est fait pour sensibiliser les visiteurs.

C'est en traversant des villes comme Katherine ou Broome, aux portes du Kimberley, que nous avons compris d'où venait cette gêne.

Happés par l'occidentalisation de leur pays, noyés sous les aides sociales, beaucoup d'entre eux ont rejeté la vie ancestrale. Ils dépensent leurs aides dans des produits de grande consommation néfastes pour leur santé. En effet, ayant des organismes génétiquement plus sensibles aux effets de l'alcool et du sucre blanc, l'alcoolisme et le diabète font des ravages dans les communautés.


Il n'est donc pas étonnant d'avoir une image négative de ces gens ivres, errants et braillants dans les rues dès le matin. Cependant en échangeant quelques mots avec eux, nous nous rendons vite compte qu'ils sont simplement perdus et dépourvus de vice ou de méchanceté. Rejetés par leurs anciennes tribus, pointés du doigt par les australiens, ils donnent une mauvaise impression d'un peuple qui essaye de ce reconstruire. Simplement car personne ne sait que faire d'eux.


Aborigènes

Il est difficile de découvrir cette partie de l'histoire dans un livre scolaire pour le français que je suis. Pendant plusieurs mois, Il aura fallu que j'étudie le passé et le présent par moi même et que j'en tire mes propres conclusions. C'est aussi pour ça que je voyage.

Belle rencontre avec Kevan, même si la communication n'est pas toujours évidente!

Belle rencontre avec Kevan, même si la communication n'est pas toujours évidente!

Retour à l'accueil